Axxam

A l'affiche

rien à afficher

Deg Tazetta

Ma page perso sur Daily Motion Site web de Henri de kabylie Page perso de Djam Kabyle  sur Daily Motion Page perso de SEWWAMEN Page perso de Tamazight n Jerjer Journal Le Matin Journal - Liberté Journal - El Watan Journal - La dépêche de kabylie La Kabylie Aokas Forum Actif Kabyle FM Radio Histoire du village Ighil Imoula

Agenda

<< Janv. 2018 >>
LMMJVSD
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
 
Hamel Saïd PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Menouar   
Dimanche, 18 Janvier 2009 16:10

Share

PwdByEddie

Partager
Né en 1950 à Frikat (Draâ El Mizan), le chanteur Hamel Saïd a la particularité de s'être imposé dans la chanson kabyle par la brièveté même de son répertoire. Des chansons phares comme fkigham ul iw et ulac wi ar anechegaâ ad iruh ont marqué la jeunesse des années 1980… Il décide de revenir sur la scène après l'avoir quittée durant de longues années.
 


 
 
Hamel Saïd a vécu une enfance dans la guerre qui a touché de plein fouet sa scolarité et sa famille. Son père est arrêté en 1958 par l'armée française et incarcéré à la prison de Paul Gazelle (Berrouaghia). Il a été accusé d'avoir collecté des fonds en faveur du FLN. La tâche n'a pas été facile. Saïd, âgé d'à peine 10 ans, a été obligé de s'occuper de sa famille. Après la libération de son père, en 1960, sa famille décide de fuir les bombardements alors incessants en Kabylie. Elle s'installe à Alger, dans le quartier La Cité La montagne : « Mon père fatigué et malade n'a pas tardé à nous quitter. Que Dieu ait son âme. Devinez le fardeau qu'il m'a légué et les multiples problèmes que j'ai dû affronter seul. J'ai commencé à travailler, en si bas age, comme vendeur de pain au marché du quartier. Quand on a la charge de la famille, on peut tout faire pour subvenir à ses besoins, mais surtout pas chanter. »

Des débuts difficiles mais prometteurs

Souvent, avant la mort de mon père, je n'échappais pas à ses punitions quand il me prenait « en flagrant délit » avec une guitare. Il la cassait sur ma tête. Malgré tout, subjugué par la musique, Saïd a fréquenté le milieu musical du chaâbi, style en vigueur à Alger avec certains jeunes de la cité La Montagne. Comment a-t-il pu apprendre à jouer de la guitare pour se mesurer aux cheikhs et créer un orchestre ? : « Lors de notre évacuation du village vers le camp de la SAS, un militaire qui se faisait appeler Gai venait nous voir avec sa guitare presque chaque soir ; c'est avec lui que j'ai pu toucher le premier fil d'un instrument de musique. Quoique le début de chaque chanteur de ma génération, c'est le bidon d'huile appelé alors «bidon amaricain » qui a servi de base à la fabrication d'un instrument de musique. J'ai pu, ainsi, m'initier aux mélodies du terroir. En 1970, j'ai décidé de m'approcher de plus près du vaste domaine de l'art et de la chanson en particulier dont j'ai toujours rêvé. J'ai participé à l'émission « Les chanteurs de demain » de la Radio Chaîne 2 présentée à l'époque par Medjahed Mohamed. En fait, il a beaucoup apprécié ma façon de jouer au luth. Les quelques chansons que j'avais composées et chantées, à l'exemple de Fki?am ul iw qui a beaucoup fait de bruit, surtout au sein de la jeunesse. »


Il crée un orchestre

Au quartier La Montagne, Hamel Saïd crée un orchestre chaâbi avec un certain Ccix M'hend, un maître qui a côtoyé les grands artistes en France lorsqu'il était émigré. De là, il se lance sur la scène : « Je me souviens comme si cela datait d'hier, en 1969, j'ai participé dans un gala donné à la salle El Mouggar aux cotés de Amar Kobbi, Terkmani Slimane, Slimani et beaucoup d'autres. Nous étions honorés par la présence dans la salle d'éminentes personnalités du monde de la culture telles Kateb Yacine, Mouloud Mammeri et bien d'autres. »

Le 5 juillet en 1972 fut sa première apparition en public au village de Mouloud Feraoun, à Tizi Hibel. Il chante aux côtés de nombreux autres artistes : Amar Kobbi, Said Freha, Bouznad Mohand Ameziane, … etc. Durant près de 40 ans de carrière, Saïd a évidemment, comme tout artiste, connu d'énormes difficultés dans le domaine musical. Ce n'est qu'à un âge quelque peu avancé, une fois acquis une certaine expérience et au moment de mieux donner, qu'on est rattrapé par l'âge qui nous invite à quitter la scène. Comme l'a si bien dit le célèbre flûtiste Mahmoud Ouaza : « Au moment où j'ai commencé à maîtriser ma flûte, on m'a signifié de quitter les lieux, c'est la retraite ».

Silence et retour

A la fin des années 1980, il a décidé de mettre en veilleuse toutes ses activités artistiques. Après des succès comme « fki?am oul iw », « Oulach wa anechegaâ ad iruh », Hamel compte reprendre la scène artistique. Il prépare un nouveau produit qui sortira incessamment sur le marché.

Par S. Abbas

source : http://www.passerelles-dz.com/accueil.htm

Mise à jour le Dimanche, 18 Janvier 2009 16:55
 
Copyright © 2006-2018 Tadukli - Azul fellawen. Ansif yiswen - Tous droits réservés.
tadukli.fr - tadukli.free.fr - Musique Kabyle
 

imeddukal en ligne

Nous avons 79 invités en ligne